Une manifestation locale-globale, rétrofuturo et végétale !
et des passages en tous sens : géographiques, physiques, historiques, de témoin, de savoirs, de générosités...

Œuvre en matières végétales tressées de RBK (Rebecca Kulimoetoke), île Wallis (Océanie) (coll. Musée du Vivant-AgroParisTech)

Œuvre en matières végétales tressées de RBK (Rebecca Kulimoetoke), île Wallis (Océanie) (coll. Musée du Vivant-AgroParisTech)

Ce qu'il faut savoir sur le principe général des Rencontres-Promenades :

Le nom de la ville d'Argentat (sur Dordogne) vient du mot celte puis latin « argentoratum » ou « passage du fleuve ». Quel plus beau symbole que cette notion de passage dans ce magnifique port de gabares ? Walter Benjamin avait chanté les passages urbains à Paris. Ici, c'est l'occasion de mêler joyeusement les genres, les époques, l'ici et l'ailleurs, le grave (vie et mort) et le pas sage du tout... Avec un univers végétal préservé dans ce sud-Corrèze où écologie expérimentale (sans dogme) et économie de l'échange et de la gratuité se conjuguent pour un tourisme raisonné respectueux des sites et des modes de vie. Bref, une expérience RETROFUTURO : celle d'un passé dont on choisit certains axes forts en les mêlant avec inventions, innovations (triant aussi, refusant les emballements scientifiques, techniques ou commerciaux, les "progrès" néfastes, par une pratique de limites volontaires).

La manifestation annuelle est ainsi un moment amical durant le week-end succédant au 14 juillet : une fête LOCALE-GLOBALE après la fête nationale... Elle s'organise autour de Laurent Gervereau (directeur artistique de ces rencontres), dont l'atelier est installé à Hautefage en Xaintrie près d'Argentat, atelier abritant une sculpture monumentale (plus de 7 mètres de haut) symbolique de ces échanges : la Cité des points de vue (www.gervereau.com), éloge du comparatisme et de la tolérance.

Ne venez pas !

L'épicentre symbolique est donc cet atelier de Laurent Gervereau (surnommé Mister Local-Global), qui est également le siège de Maronne Oceans Muzik (mOm) et de la webtv multiterratv.net. Il ne peut accueillir que très peu de personnes. Donc, ne venez pas ! Voilà un slogan amusant pour une manifestation publique. Il s'agit ainsi d'abord d'un manifeste écologique contre les destructions du tourisme de masse : oui, il existe des lieux préservés qu'il faut savoir goûter. Oui, on peut marier l'intime, le secret, l'exigence, avec une diffusion large et des vues globalisantes. Créatrices et créateurs (proches ou d'autres continents), savantes et savants – dans l'esprit de l'émission [decryptcult] sur www.decryptimages.net – se retrouvent pour badiner, musiquer, se promener, manger et boire, réfléchir, exposer, s'exposer, se parler, inventer... Bref, s'amuser et avoir le plaisir de vivre ensemble quelques jours. C'est ça le "réveil des villages" (à la campagne ou en ville) défendant la biodiversité et la culturodiversité : voir le label "EARTH-VILLAGE / VILLAGE-TERRE" (sur multiterratv.net). Et c'est ici et partout : échanges en réseau, valorisant le tissu local en l'ouvrant largement, curiosités pour les créations, les savoirs et les savoir-faire partout.

A l'année, cette forme d'écologie culturelle expérimentale permet de voir éclore des initiatives durables et de jalonner les mois par des rendez-vous (LES ESCAPADES D'HISTOIRES DE PASSAGES...).

Des complicités actives, ici et partout : c'est ici et ici parle avec l'ailleurs !

On le sait ou on le saura, Argentat fut le lieu où André Malraux inventa en 1943 la belle notion de « musée imaginaire », mêlant les cultures (à Saint-Chamant précisément). Jean Grémillon et Jacques Prévert tournèrent en 1942, au barrage de l'Aigle, un film de critique sociale en pleine guerre : "Lumière d'été". Mireille et Emmanuel Berl, juifs, se cachèrent à Argentat, comme l'artiste tchèque Jan Krizek plus tard, en 1962, pour d'autres raisons à Goulles en Xaintrie, pratiquant l'apiculture et la vie dans ses cabanes. Terres d'accueil, terres d'échanges donc.

Les « Histoires de passages... » honorent ainsi de nombreux passeuses et passeurs, connu(e)s ou inconnu(e)s. Ils célèbrent les savoirs, les savoir-faire et les créations, comme deux valeurs essentielles pour apprendre à choisir tout au long de la vie. C'est ainsi, au temps du médiocre, du panurgisme et du n'importe quoi, une vraie « résistance des savoirs ». Et des « couples » se forment naturellement entre initiatives locales et apports de tous les continents à travers un petit comité amical d'organisation et les invités. La richesse humaine prime et rayonne avec une vision ouverte de la notion de « culture » (arts plastiques, musique, cinéma ou poésie, certes, mais aussi histoire ou botanique, gastronomie et apiculture, multimedia, artisanat et innovations techniques ou sociales...).

Insistons sur le fait que cette richesse humaine, cet éloge des diversités dans une aventure commune, est la raison d'être fondamentale de la manifestation, permettant d'expérimenter des échanges de générosités, des espaces collaboratifs, de la solidarité, tout cela avec le souci de la qualité tant du lien social que de la valorisation et de la préservation environnementales : voir l'initiative "NUAGE VERT-GREEN CLOUD / musée mobile-Vallée de la Dordogne" sur la biodiversité et la culturodiversité. Tout cela dans le cadre exceptionnel du plus grand couloir forestier de France avec sa faune et sa flore préservées. .

Finissons par l'évocation d'une opération significative et symbolique des Rencontres-Promenades : LES TRESORS D'HISTOIRES DE PASSAGES. Outre "Nuage Vert-Green Cloud", le territoire est en effet désormais marqué par des dons d'artistes importants formant un parc géant de sculptures publiques gratuit. La première a été réalisée en 2017 avec le mur peint par Speedy Graphito sur la médiathèque. 2018 a présidé à l'édition de la première carte des Trésors d'Histoires de Passages, visitables toute l'année, but de promenade et appel à venir découvrir ce territoire étonnant. Les Trésors complètent ainsi les activités de "Nuage Vert-Green Cloud" et les animations des Escapades d'Histoires de Passages.

Tout cela est permis grâce à la complicité active de la population qui se mobilise, notamment en hébergeant les intervenant-e-s, grâce aux élu-e-s, aux entreprises partenaires, aux associations et bien sûr à la générosité des créatrices/teurs, savant-e-s, acteurs de terrain de toute nature et qui peuvent encore s'étendre avec les années.

Pour tous renseignements : contact

 

Pour conclure, le point de vue du philosophe (ou du simple aventurier de la vie terrienne) :

« S’amuser, rire d’abord, en début ou en fin de vie, peu importe. C'est simple, cela rassemble et c'est convivial. Voilà la base : la générosité.

Elle se fait à contre-courant de tous les nivellements et mépris actuels, dans la résistance des savoirs : respect mutuel et mise en valeur des savoirs, de tous les savoirs, apiculture comme création de sculptures géantes ou innovation numérique et gastronomie. C'est modeste mais cela a du sens : les Rencontres-Promenades envoient des signes.

Pour faire face urgemment à notre nouveau monde ubique actuel : aux bourrages de crânes incessants de peurs, d’horreurs, d'hyperconsommation uniforme, aux discours d’impuissance et aux réalités d’injustices, d’invisibilités et d’autodestructions, opposer le réveil du local. Il s'agit en effet de marcher là où tout se passe, dans tous ces villages campagnards ou micro-quartiers urbains, dans tous ces lieux qui reprennent en mains leur devenir : ici, en montrant cela ailleurs. C'est pas intello, c'est sympathique. C'est pour toutes et tous. Marcher comme une démarche singulière-plurielle, marcher en pensant à autre chose, marcher en rêvant, marcher en balayant l'accumulation du n'importe quoi, marcher pour ne pas subir mais choisir lucidement dans le temps et dans l’espace avec les autres, suivant un principe local-global et rétro-futuro. Enfin faire des rencontres de manière à défendre une valeur commune planétaire, la multiplicité terrienne (Multiterra) : biodiversité et culturodiversité. Une valeur de liberté, une valeur de mouvement perpétuel, une valeur d’expérimentations.

S'amuser, rassembler, pour penser la vie. »

(Laurent Gervereau, Mister Local-Global, août 2015)

 

Histoires de passages…

Argentat sur Dordogne

Argentat, Corrèze, Limousin, France, Europe, Terre, Univers…

Préparer votre séjour / Tourist informations :

www.tourisme-argentat.com

À propos

Le site “Histoires de Passages…”
est géré par “Histoires de Passages…”,
basée à la Librairie L’Aire libre,
26 avenue Pasteur,
19400 Argentat-sur-Dordogne

Mentions légales